Le Projet ClimaConf

Le projet ANR ClimaConf (« Les questions de la confiance dans le réchauffement global : modélisation du climat, expertise et lien au politique ») veut explorer la question de la confiance dans les différentes productions sur le changement climatique (modélisation numérique, expertise, prospective…) sous divers aspects, en cherchant à expliciter les critères et conditions de la construction de la confiance, et à mieux comprendre l’articulation des différents niveaux qui y sont en jeu. Poursuivant une collaboration entamée il y a plusieurs années, le projet réunit deux équipes, l’une de climatologues du Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD-IPSL) qui développent des modélisations du climat et participent à l’étude et l’expertise des changements climatiques, l’autre de chercheurs en sciences sociales du Centre Alexandre Koyré (centre d’histoire des sciences de l’EHESS) qui étudient depuis plusieurs années les pratiques scientifiques de modélisation, l’expertise du GIEC, les négociations et arènes de la gouvernance climatique, et les débats publics autour du changement climatique.

Nous posons la question de la confiance à plusieurs niveaux : celui de la confiance des climatologues dans leurs procédures de travail, leurs modèles et leurs simulations ; celui de la confiance mutuelle des climatologues et des autres scientifiques; celui de la fabrication de la confiance dans les rapports entre science et décideurs politiques, vis à vis de l’expertise et de ses diagnostics.

Le projet de recherche porte d’une part sur une analyse à la fois scientifique et épistémologique du rôle particulier de la modélisation numérique du climat dans l’établissement de cette confiance. Il s’agit, dans une étroite collaboration entre les climatologues et les chercheurs en sciences sociales, d’expliciter les critères et procédures d’évaluation du niveau de confiance associé à différents aspects des simulations du changement climatique et du développement des modèles, et de mettre en évidence les choix fondamentaux des approches méthodologiques. Il s’agit également d’analyser les controverses épistémiques entre différentes communautés scientifiques.

D’autre part, dans une étude des rapports entre science, expertise et politique, on cherche à analyser la fabrique de la confiance au sein de l’expertise du GIEC et le poids de cette expertise et des diagnostics scientifiques dans les négociations sur le climat. On étudie en particulier les scénarios climatiques, leurs évolutions, et on s’interroge sur leur statut épistémologique et les notions d’incertitude et de risque qui leur sont liés. On analyse également le rôle de la science dans les arènes climatiques, notamment les relations entre experts et ONG. Par cette recherche, nous voulons contribuer à une meilleure compréhension la conception fondamentale des rapports science-politique qui a présidé à la construction du problème depuis vingt ans.
Retenu dans le cadre du programme ANR « Changements environnementaux planétaires & société » (CEP&S 2010), le projet est financé depuis janvier 2011 pour une période de quatre ans.

Les Partenaires du projet

logo-CAK Centre Alexandre Koyré (EHESS/CNRS/MNHN)

  • Michel Armatte
  • Amy Dahan
  • Hélène Guillemot
  • Isabelle Sourbès-Verger

Associés: – Stefan Aykut (post-doctorant au LATTS)
– Régis Briday (doctorant au CAK)
– Christophe Buffet (doctorant au CAK)
– Mieke Van Hemert (post-doctorante CAK – IFRIS)
– Aurore Viard-Cretat (doctorante au CAK)

 logo-LMD Laboratoire de Météorologie Dynamique
(IPSL/CNRS/ENS/Ecole Polytechnique/UPMC)

  • Sandrine Bony
  • Jean-Louis Dufresne
  • Jean-Yves Grandpeix
  • Frédéric Hourdin

 

 

Les questions de la confiance dans le réchauffement global : modélisation du climat, expertise et lien au politique