Energy scenarios, public debate and ecological transition in Europe

International Workshop (ClimaConf and IFRIS)

Organized by Stefan Aykut (LATTS), Amy Dahan (Centre Alexandre Koyré) and Michel Armatte (Université Paris-Dauphine)

January 24th 2013

ISCC, 20 rue Berbier-du-Mets 75013 Paris

Several developments, including the climate crisis, the growing energy hunger of emerging economies, the nuclear catastrophe of Fukushima and the recent shale gas and tight oil boom in the US, have contributed to putting energy policy more than ever at the center of policy attention. Energy scenarios are central nodes in these discussions. They structure debates about the necessary “energy transition(s)” and represent stages in the negotiation, enactment or reaffirmation of national energy futures. Our workshop will therefore concentrate on the role of energy scenarios in current debates and policy decisions in Germany, France and the Netherlands, in order to elucidate the ways societies think about energy futures, and under which conditions scenarios can help to successfully prepare sustainable transformations of energy systems.

Two questions will guide the discussions: First of all, despite increasing integration of energy markets, efforts to collectively manage global environmental risks and other transnational dynamics in the field of energy policies, some countries have rather accentuated their differences. While neighboring countries Germany and France for example have decided to engage in an “energy transition”, they give very different interpretations to this term: Germany has decided to ban nuclear energy and dramatically expand electricity production from renewable sources (and to a lesser extent natural gas), while France has launched a national debate on its future energy policy, but continues to rely heavily on nuclear energy for its electricity production. How can we make sense of these developments from a social science point of view? In what way can the analysis of energy scenarios and public debate in the three countries help to understand the persistence and even increase of differences? Second, scenarios are highly ambivalent tools: on the one hand, they can help to open up discussions by presenting alternatives to current trends and thus politicize energy questions. On the other hand, energy scenario development, generally concentrated in the hands of a few actors, can lead to a delegation of policy questions to experts. Furthermore, scenarios often tend to over-estimate path-dependencies and current trends, thereby de-politicizing the energy debate. Two questions result from these remarks: under which conditions do energy scenarios encourage discussions about sustainable energy futures, and when do they close such discussions down? When and why do alternative scenarios emerge and succeed to influence national energy debates?

The necessary reconfiguration of national energy systems to meet the energy challenges that lie ahead is a highly complex task. We believe energy scenarios are a necessary tool in order to avoid negative path-dependencies and build robust and sustainable energy systems. It is therefore urgent to get a better understanding about the relationship between national energy debates, energy scenario making and the policy process.

 

Scénarios énergétiques, débat public et transition écologique en Europe

Plusieurs évolutions et évènements récents, parmi lesquels la crise climatique, l’appétit énergétique des
économies émergentes, la catastrophe nucléaire de Fukushima, et l’essor des gaz et huiles de schiste aux
Etats-Unis, ont contribué à mettre les questions énergétiques plus que jamais à l’agenda politique. Dans ce
débat, la prospective et les scénarios énergétiques sont des noeuds centraux. Ils structurent les discussions
sur une nécessaire « transition énergétique » et représentent des étapes dans la négociation de futurs
énergétiques nationaux. Ce workshop va donc prendre comme objet le rôle des scenarios énergétiques
dans les débats et les politiques énergétiques actuels en France, Allemagne, et Hollande, afin d’élucider
comment nos sociétés pensent leurs futurs énergétiques, et sous quelles conditions des scénarios peuvent
contribuer à une transformation soutenable de nos systèmes énergétiques.

Deux questionnements guideront les discussions: Premièrement, malgré une intégration croissante des
marchés énergétiques, et des efforts collectifs de combattre les risques environnementaux globaux,
nombre de pays ont plutôt accentués leurs différences dans le champ énergétique. Si l’Allemagne et la
France ont par exemple décidé de s’engager dans une « transition énergétique », les interprétations de
cette transition divergent : l’Allemagne a décidé de sortir du nucléaire et d’augmenter de manière
drastique son recours aux énergies renouvelables (et au gaz naturel), tandis que la France a lancé un
débat national sur sa politique énergétique, tout en continuant à s’appuyer fortement sur le nucléaire pour
la production d’électricité. Comment analyser ses développements du point de vue des sciences sociales ?
De quelle façon l’analyse des scénarios énergétiques et du débat public dans les trois pays peut-elle nous
éclairer sur la persistance, voire l’accentuation des différences ? Deuxièmement, les scénarios sont des
outils ambigus : d’un côté, ils peuvent contribuer au débat public en présentant des alternatives aux
trajectoires actuelles et ainsi politiser les questions énergétiques. De l’autre côté, les prospectives
énergétiques sont souvent élaborées par une poignée d’acteurs, et leur mise en avant dans le débat peut
contribuer à la délégation de questions politiques aux experts. De surcroît, les exercices de prospective
énergétique ont souvent tendance à surestimer les tendances actuelles, contribuant ainsi à dépolitiser le
débat énergétique. Deux questions résultent de ces remarques : sous quelles conditions les scénarios
énergétiques peuvent-ils encourager la discussion sur les futurs énergétiques, et quand est-ce qu’ils ont au
contraire tendance à « fermer » ses discussions ? Quand et pourquoi émergent des scénarios
« alternatifs », et quand est-ce qu’ils réussissent à influencer les débats nationaux ?

La nécessaire reconfiguration des systèmes énergétiques nationaux pour d’affronter les défis énergétiques
devant nous est une tâche hautement complexe. Nous pensons que les scénarios énergétiques sont un
outil nécessaire pour éviter des dépendances au sentier négatives et construire des systèmes énergétiques
robustes et soutenables. Il est donc urgent de mieux comprendre les relations entre débats, pratiques de
scénarisation, et formulation des politiques publiques dans le champ énergétique.

Program:

10h-10h45 Stefan Aykut (LATTS-IFRIS)
Studying energy scenarios. Some elements for a research agenda    
–> présentation Aykut

10h45 Lutz Mez (FFU – Freie Universität Berlin)
Germany’s Energiewende in historical perspective    
–> présentation Mez

11h45 Arthur Petersen (PBL – Nederland Environmental Assessmet Agency)
Dutch polder exploration of pathways towards a low-CO2 energy system in 2050
–> presentation Petersen

12h45 – 14 h: lunch

14h Mathieu Brugidou and Arthur Jobert (EDF R&D)
How to comprehend the “sites and devices” of energy controversies? Some results from sociological research

15h Bernard David (CEA)
Energy Foresight: understanding the battle of scenarios                                                           
–> présentation David

16h Jürgen Schmid (Fraunhofer Institute for Wind Energy and Energy System technology and WBGU)
Global energy transformation and the German « Energiewende ».
–> présentation Schmid

  17h-17h30 Closing discussion

–> Programme détaillé

Les questions de la confiance dans le réchauffement global : modélisation du climat, expertise et lien au politique