séminaire 2014-2015

Séminaire ‘Changement Climatique et Biosphère: Expertise, Futurs et Politique’

Centre A. Koyré, 27, Rue Damesme Paris 13è, 5è étage gauche

—————–

Séance du mardi 13 Janvier 14h – 18h

Retour de Lima: Quel bilan, quelles perspectives pour la COP 21

Interventions de Ana Rosemberg (Confédération Internationale des Syndicats), Maxime Combes (Attac , Réseau Climate Justice), Amy Dahan ( CNRS, C.Koyré)

—————–

Séance du mardi 10 Février 14h – 18h

Antonin Pottier  (Cired) : « Comment la théorie économique a cadré les négociations internationales sur l’effet de serre »

Résumé: « La théorie économique des externalités et de leurs corrections a servi de charpente intellectuelle aux négociations internationales sur l’effet de serre. Je rappellerai quel contexte historique et géopolitique a conduit la théorie économique à jouer ce rôle. J’expliquerai les difficultés du régime de Kyoto et montrerai en quoi les angles morts de la théorie économique  peuvent les expliquer.

Discutant: Stefan Aykut

Arthur Laurent (SciencesPo) :  » L’enjeu du développement durable dans les projets de mitigation: une lecture parallèle entre marché du carbone régulé et volontaire par Gold Standard de 1998 à 2014  »

Cet article étudie l’influence portée par un standard privé, le Gold Standard, sur l’évolution du Mécanisme de Développement Propre, entre exercice de souveraineté dans le cadre des négociations internationales et intégration d’objectifs de développement durable.

Discutant: David Dumoulin (à confirmer)

———————

Séance du mardi 10 Mars 14h – 18h

Elisabeth Eide (Professor Akershus University College): Climate Change: A global challenge for journalism’

Discutant: Jean-Baptiste Comby

Nicolas Baya-Laffitte (Sciences Po): Cartographier la trajectoire de l’adaptation dans l’espace des négociations sur le climat: changer d’échelles, réduire la complexité.

————————-

Séance du Mardi 31 Mars, 14h – 18h (exceptionnellement à l’ISCC, 20, rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris) : Acclimatisation of humanitarian and development actors, and perspectives for adaptation issues in COP 21

Maarten Van Aalst (Climate Center de la Fédération Internationale de la Croix-Rouge/Croissant Rouge) : Bridging science, policy and practice in addressing the humanitarian consequences of climate change — from community resilience to COP21

Christophe Buffet (Centre A. Koyré) : The « acclimatisation trajectory » of humanitarian and development actors since 2000s ; Loss and damage : rationale and bottlenecks in COP

————————-

Séance du Mardi 12 Mai, 14h – 18h : Régimes « biodiversité » et « climat », comparaisons et intersections

Edwin Zacai (ULB) : Portée politique du changement climatique et de l’érosion de biodiversité : une grille de comparaison

Guillaume Futhazar (OT-MED / CERIC / IMBE): Similitudes et différences institutionnelles et procédurales entre le GIEC et l’IPBES

Mohamed Oubenal (ISCC), Fanny Duperray (CIRAD) : Introduire des innovations institutionnelles et gérer des controverses : le cas de l’évaluation de la pollinisation par IPBES

————————-

Mardi 19 Mai 2015, 14h – 18h : « Géopolitique et Transition énergétique »

Philippe Copinschi (SciencesPo, Bruxelles) : Le pétrole, un bien stratégique – pour combien de temps encore ?

Résumé: le pétrole est assurément un bien stratégique et assurer la sécurité des approvisionnements reste un impératif pour tout gouvernement. Pour autant, le secteur pétrolier s’est, au cours des dernières décennies, considérablement libéralisé, au point d’être aujourd’hui essentiellement régi par les règles du marché sous l’emprise d’acteurs économiques privés globaux. Cette évolution, particulièrement frappante en Afrique, n’est pas sans conséquence sur l’impact que produit l’exploitation du pétrole sur les structures économiques, sociales et politiques des pays producteurs. On étudiera comment la valeur stratégique du pétrole pourrait évoluer dans les prochaines années.

François Bafoil (SciencesPo, Paris) : Mobilisations locales, innovations institutionnelles et acceptabilité sociale.
Une comparaison européenne des politiques énergétiques de l’éolien (France, Grande Bretagne, Allemagne, Pays-Bas, Pologne).

————————-

Mardi 2 Juin, 14h – 18h :  COP 21: entre impératifs géopolitiques et économiques

Jean-Paul Maréchal (Université de Rennes) : Le G2, la stratégie climatique chinoise et la Conférence de Paris

L’objet de cette intervention sera de rappeler brièvement les stratégies adoptées par Pékin et Washington depuis 1992 dans le cadre des négociations climatiques internationales avant d’analyser en détail les différentes dimensions de la « déclaration conjointe » faite par Barack Obama et Xi Jinping le 12 novembre 2014 à Pékin en marge du sommet de l’APEC (Asia-Pacific Economic Cooperation).

Cedric Philibert (AIE) :  Un traité ambitieux plutôt que contraignant – la dynamique des renouvelables et la stabilisation du climat

 

Les questions de la confiance dans le réchauffement global : modélisation du climat, expertise et lien au politique