séminaire 2015-2016

Séminaire ‘Changement Climatique et Biosphère: Expertise, Futurs et Politique’

Centre A. Koyré, 27, Rue Damesme Paris 13è, 5è étage gauche

—————–

Organisé par Amy Dahan, Hélène Guillemot et Stefan Aykut
Projet ClimaCOP-ecoverioClimat

Séance du Mardi 29 Septembre 2015, 14h – 17h : Modèles de climat et cultures de laboratoire

V.Balagi (GFDL, Princeton University):
Why do climate models differ ?

Cette séance est consacrée consacrée aux modèles climatiques et cultures de laboratoires, à leur diversité et aux enjeux politiques qui s’ensuivent.

Abstract: In this talk, I will cover sources of diversity in climate models. We will look at the process of model development at different institutions (notably IPSL and GFDL) and show how many factors: including history and culture, scientific priorities, community of users, developers and « customers », and computational constraints, play a role in defining a climate model. We will explore how this may evolve in the future.

————————-

Séance du Mardi 20 Octobre  2015, 14h – 17h : Modèles techno-économiques et Décision

Nadia Maizi (Mines Paris-Tech, SophiaAntipolis) : Du bon usage des modèles techno-économiques de long terme
ou comment réconcilier prospective et politique

Abstract: A travers quelques expériences tirées des travaux réalisés par le Centre de Mathématiques Appliquées, notamment dans des cadres nationaux, on évaluera la difficulté pour le modélisateur d’élaborer un message audible pour le politique et le décideur. On reviendra sur l’évolution de l’élaboration des “scénarios” énergétiques et la tentation de leur adaptation aux desiderata du politique”.

Franck Lecocq et Christophe Cassen (CIRED, EHESS-CNRS): A l’interface entre modèles, scénarios et décision:
réflexions à partir de retours d’expériences et de travaux du CIRED

————————-

Mardi 24 Novembre 2015, 14h à 18h : Le business dans le “nouveau paradigme” des négociations climatiques.

Trois évènements – 1) l’adoption d’une approche “par le bas” des négociations climatiques internationales, 2) l’attention accrue accordée aux activités des acteurs non-étatiques (alliances des villes, transition towns, engagements volontaires de secteurs économiques, etc.), et 3) la nécessité de mobiliser des moyens financiers colossaux pour soutenir la décarbonisation et l’adaptation au changement climatique – ont conduit à une visibilité sans précédent des acteurs du business dans la gouvernance climatique. Cette séance visera à interroger les ressorts et déterminants de cette évolution, les paradoxes et perversités auxquels elle donne lieu, et de comprendre la motivation (ou non) des grands groupes industriels à participer aux débats climatiques.

1ère partie:
Jean-Charles Hourcade (CIRED):
La transition bas carbone : dompter les « esprits animaux  » de la finance.

2è partie:
Nils Moussu (U.de Lausanne): Façonner le nouveau climat des affaires : les associations de firmes transnationales face au changement climatique.
Birgit Muller (CNRS-EHESS) : Le business de la Climate smart Agriculture Conference

——-

Séance du Mardi 19 Janvier 2016, 14h à 17h

La COP 21 et après ?: Analyses, résultats, perspectives

Les chercheurs du projet ClimaCop confronteront leurs analyses et leurs questions de recherches sur diverses thématiques . L’organisation de la séance sera la suivante :

—Bilan de l’Accord
S. Aykut ( Réflexions sur la gouvernance climat « en train de se faire »)
A. Dahan (Où en est le schisme de réalité ?)
— Questions Nord/Sud
Amy Dahan (Géopolitique du Climat et G77), Sarah Benabou (INDC Inde et Chine), Aurore Viard Cretat (REDD)
— Enjeux de Finance
Jean-Charles Hourcade ; Edouard Morena (Philanthropie du Climat); C.Buffet
— Sciences/Politiques
Hélène Guillemot (autour de l’objectif de 1,5°C );
— Climatisation du monde
Jean Foyer: fonction totémique des négociations climat

——

Séance du Mardi 2 Février 2016, 14h à 18h

Système-Terre et Anthropocène: Questions d’Histoire et de Sciences

Nous entendrons deux exposés de témoins majeurs :

Jacques Grinevald (IHEID de Genève): De l’Année Géophysique internationale au Global Change, socio-épistémologie et
histoire des sciences du système climatique et du Système Terre

Michel Meybeck (CNRS-UPMC): :La construction de la science du Système-Terre (19970-2010): exemple de la prise en compte des transferts fluviaux dans les cycles biogéochimiques globaux

Séance du Mardi 15 Mars 2016, 14h

Mathilde Szuba (Sciences Po Lille): Faire des limites écologiques une affaire personnelle.
La carte carbone (Royaume Uni, 2004-2008), un projet de quotas individuels contraignants pour gouverner dans un monde fini.

Dans les années 1990, deux chercheurs britanniques imaginent une politique de quotas individuels de carbone afin d’encadrer et de partager équitablement les efforts de réduction des émissions de GES. David Fleming est économiste, et Mayer Hillman est un chercheur spécialisé dans l’aménagement (Fleming, 1997, 2005 ; Hillman, 1998). Tous deux ont vécu le rationnement pendant la seconde guerre mondiale. David Fleming est membre du Green Party, tout en ayant une approche très libérale de l’économie. Mayer Hillman est fortement influencé par Aubrey Meyer et son principe de « contraction and convergence ». Les systèmes de quotas de carbone qu’ils proposent vont se ressentir de toutes ces influences.
Leurs propositions seront d’abord reprises et développées par des chercheurs, puis appropriées au début des années 2000 par des parlementaires et ministres du New Labour. Un temps mise à l’agenda politique, la carte carbone sera abandonnée en 2008 lors de la crise financière, mettant fin temporairement à une expérience politique inédite d’incarnation individuelle des limites écologiques.

—-

Séance du mardi 12 avril 2016, 14h : la « climatisation » de la géopolitique

– Lucile Maertens (docteur associée au CERI/sciences Po, Visiting felow à King’s College)

    Le changement climatique comme menace : débats au Conseil de sécurité de l’ONU

« Les faits sont évidents : le changement climatique est réel et s’accélère de manière dangereuse » […] le changement climatique « non seulement exacerbe des menaces à la sécurité et à la paix internationales ; mais est une menace à la sécurité et à la paix internationales ». En ces termes, le Secrétaire général Ban Ki-moon a exprimé en 2011 un constat élaboré à diverses reprises dans les rapports de l’organisation. L’ONU multiplie les discours portant sur les menaces climatiques, également discutées dans le cadre du Conseil de sécurité. Si la mise à l’agenda du changement climatique au Conseil ne suscite pas le consensus auprès des Etats membres, profondément divisés sur la question, elle maintient l’attention des grandes puissances sur ses implications sécuritaires.
–  Damien Vallot (chercheur associé au LAM (Les Afriques dans le Monde) de Sciences Po Bordeaux)

    Le récit corallien : usage politique des discours de la submersion des petits Etats atolliens

A l’aide d’une présentation historique des publications du GIEC, des discours des représentants de ces deux Etats à la tribune des Nations Unies et des publications de certaines OiNG, je décrierai la formulation et l’usage de récits de politique publique faisant état de la potentielle future submersion des petits Etats insulaires. J’essaierai de souligner les luttes de cadrages autours de ces récits en prenant notamment l’exemple des représentants de Tuvalu et de Kiribati qui jouent un double jeu. En effet, ceux-ci vont chercher à attirer l’attention des bailleurs de fonds de l’aide internationale en utilisant le récit de la disparition de leurs îles mais vont également chercher à critiquer ces discours qui les condamnent à devenir des « réfugiés climatiques ».

Séance du Mardi 3 Mai, 2016,  14h- 18h
Gouverneur par les objectifs: Sciences et politiques d’un nouveau mode de gouvernance globale.

Oliver Geden (SWP, Berlin): The trouble with targetism: COP21 and the inconsistencies between talk, decisions, and actions

COP21 has managed to deliver voluntary mitigation pledges that are likely to result in a temperature increase of 3-3.5 °C while at the same time adopting three ambitious mitigation targets: well below 2 °C, 1.5 °C, and net zero emissions. This is only one of many examples for the inherent inconsistency of climate policymaking. But how can inconsistencies between talk, decisions, and actions be explained – and how should climate researchers and scientific policy advisers deal with it?

Svenja Rauch (Global Studies Institute, Genève): Negotiating the Millennium Declaration (2000) and the 2030 Agenda for Sustainable Development (2015): What makes global goal setting work?

On 25 September 2015 Heads of State and Government adopted the 2030 Agenda for Sustainable Development with a set of 17 Sustainable Development Goals (SDGs) at its core. The successor framework to the Millennium Development Goals (MDGs) was elaborated through a participatory process involving UN actors, scientific experts, civil society organizations and the private sector. Whereas the multi-stakeholder approach allowed for an unprecedented stocktaking exercise on sustainable development challenges, the final set of goals is political in nature. Thus, the talk attempts to explore the dynamics between expert knowledge and geopolitics in global goal setting processes. Furthermore, some lessons will be drawn on global goal setting as a specific form of international negotiations.

(séance commune avec le séminaire Logique du Progrès et gestion de ses dégâts)

Mardi 7 Juin, 2016,  14h- 18h  Savoirs et politiques des forêts et du carbone

Bernard Kalaora (Prof honoraire U. de Picardie):
présentera l’ouvrage La Forêt salvatrice. Reboisement, société et catastrophe au prisme de l’Histoire.

Au xixe siècle, les Eaux et Forêts et les Ponts et Chaussées rivalisent d’arguments pour faire valoir le rôle bénéfique des forêts sur l’environnement et le climat. Jouant sur la fibre émotionnelle de l’opinion, ils n’hésitent pas à prédire les pires catastrophes, associant le déboisement à la décadence et à l’effondrement de la société. Leur récit pourrait sembler faire écho au discours environnemental contemporain, alors qu’il est en réalité un plaidoyer pour la modernité et l’abolition de toutes les pratiques traditionnelles. L’exposé offrira un décryptage de cette controverse.

Stéphanie Barral (LISIS, INRA/Université Paris-Est MLV)
Le capitalisme de plantation en Indonésie. Etat, firmes et condition ouvrière de la période coloniale à l’ère des standards.

Discutant : Sara Aguiton Angeli (Centre Alexandre Koyré, EHESS)

 

Les questions de la confiance dans le réchauffement global : modélisation du climat, expertise et lien au politique